Ars sequentia

14,50

Frédéric Gerchambeau

14 en stock

20% de remise pour les membres de l'association.
Cliquez ici pour vous connecter en tant que membre ou pour devenir devenir membre.
Catégorie : Étiquettes : ,

Description

 

gerchambeau

L’idée directrice de cet album est la simplicité. Simplicité du matériel utilisé, simplicité du concept mis en œuvre et simplicité de la méthode de réalisation. Commençons par le matériel employé : un ordinateur portable, un logiciel et un clavier de contrôle. Examinons maintenant le concept : des séquences, que des séquences et rien que des séquences. Quant à la méthode de réalisation, on ne peut pas faire plus simple : je lance l’enregistrement, je joue mes séquences, j’arrête l’enregistrement et je ne touche plus à rien. Pour autant, il faut se méfier du terme simplicité. Certes, je n’utilise qu’un seul logiciel, Plogue Bidule, mais cela ne signifie en rien que je me limite en quoi que ce soit. C’est même exactement le contraire. Car à l’image de Reaktor 5, dont il est un concurrent direct, ou de Max/Msp, dont il est issu à l’origine, Plogue Bidule est un logiciel d’une puissance redoutable. Une fois qu’on le maîtrise suffisamment, il n’y a plus de limite. Que ce soit en matière de synthés, de séquenceurs ou de n’importe quoi d’autre ayant un rapport avec le son, Plogue Bidule sait tout faire pour peu qu’on sache bien s’en servir. C’est ainsi que j’ai pu construire avec ce logiciel le séquenceur virtuel très évolué qui m’a servi de base pour créer toutes les séquences de cet album. Un autre aspect contradictoirement complexe de la simplicité tient dans la manière dont j’ai joué ces séquences. Dans cet album, il n’y a aucune notion d’enregistrement multipiste, de correction des erreurs ou d’embellissement ultérieur du son. Autrement dit, une fois que j’ai démarré mes séquences, je continue sans le moindre arrêt sur cette lancée, en modifiant à mon goût ou comme je peux ces séquences ou les paramètres des synthés qui les jouent, quoi qu’il arrive et jusqu’à la fin. En encore plus clair, c’est du live à la maison et sans retouches. D’un point de vue pratique, c’est on ne peut plus simple ni plus rapide : composer une musique selon cette méthode revient à l’enregistrer durant sa création totalement improvisée. Néanmoins, concernant la méthode elle-même, il n’est pas difficile de voir qu’elle est en réalité très complexe à mettre en œuvre. En me privant des techniques habituelles d’enregistrement multipiste, de correction des erreurs et d’amélioration du son, je me suis beaucoup compliqué la vie. Cependant, en même temps, ce fut pour moi le moyen de retrouver le chemin musical du seul instant présent. Les séquences se déroulent sans discontinuer et je les modifie au fur et à mesure ou brutalement, selon mon choix ou sous la pression d’un événement sonore inattendu, à la fois metteur en scène et pantin manipulé par mes propres séquences. Dès lors, tout peut arriver, le beau, le laid, le bizarre, la perdition, l’impasse, la surprise et bien autres choses encore. Cela donne la possibilité d’un vrai voyage musical. L’honnêteté consiste ensuite à oser laisser le résultat tel quel. On veut toujours reprendre un endroit d’une improvisation, enlever quelques notes mal venues, rajouter un peu de substance musicale ailleurs, changer le début, le milieu ou la fin. Et justement, cela peut être sans fin. Et à la fin, on peut ainsi avoir entièrement modifié l’improvisation originale. Pourquoi pas. C’est une méthode de travail plutôt intéressante. Néanmoins, j’ai voulu rester simple. On ne change rien. On laisse les erreurs et les imperfections. Mais on garde aussi la vérité du morceau joué, sa dynamique, ses méandres, ses hésitations, ses moments lumineux et tout le reste. Cet album présente 4 de ces improvisations séquencées, de la plus courte à la plus longue mais également de la plus simple à la plus complexe. Je vous souhaite un agréable séjour au sein de mon univers musical.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Ars sequentia”
WordPress spam bloqué par CleanTalk.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.